Braking: Jewelers, pouvez-vous compter sur votre assureur?

Le joaillier-horloger Vacheron Constantin a été volé le 4 octobre à Paris par un commando de 15 malfrats. Selon l’estimation de l’UBH, l’Union de la Bijouterie Horlogerie, une bijouterie est actuellement volée tous les jours en France.

Un mois après la casse au bélier d'une bijouterie de luxe rue Castiglione (2 M € de dégâts), Paris redevint le théâtre vol à main armée. Attaqué au 2 rue de la Paix le vendredi 4 octobre à 11h35, le joaillier-horloger Vacheron Constantin a été agressé par pas moins de 15 malfaiteurs.

La méthode "smash and grab raid"

Deux hommes apprêtés sont entrés dans le magasin. En ouvrant la porte, ils ont laissé entrer un troisième homme armé, qui a précédé l'arrivée de six autres complices encapuchonnés et équipés, pour leur part, de masses et de haches. Tout le monde était occupé à casser les vitrines des présentoirs pour voler une vingtaine de montres, estimées à plusieurs centaines de milliers d'euros chacune. Les voyous sont laissés par la rue de la Paix, en courant.

Cette technique du "commando robbery", encore inédite en France, n’est pas encore au galop en Europe. Surnommée "smash and grab raid", cette méthode a déjà fait ses preuves en Italie, en Espagne, en Belgique, au Royaume-Uni, au Danemark ou en Bulgarie. "La recrudescence actuelle des vols ne m'inquiète pas. Il y a des cycles, nous avons eu le même il y a 10 ans. Ce qui est inquiétant, cependant, est ce braquage de commandos de 15 hommes. Ceci est une nouveauté qui a fonctionné et est susceptible de se propager"Confie Gérard Bénézat, assureur de Vacheron Constantin chez le courtier Siaci Saint Honoré.

Et si le butin est trouvé?

Deux voleurs inculpés le jour du cambriolage, cinq autres arrêtés le mardi 8 octobre, le gang, spécialiste des cas flash, se réduit progressivement. Mais pour le moment, aucun d’entre eux n’a levé le voile sur l’endroit secret où le butin a été gardé.

Si la probabilité semble faible, il arrive parfois que les enquêteurs parviennent à retrouver les bijoux volés. Trois configurations sont alors susceptibles de se produire. Dans le premier cas, le plus courant, la police termine son enquête en décidant que le butin ne sera pas retrouvé. L'assureur verse ensuite l'indemnisation requise selon les termes du contrat d'assurance. Deuxième possibilité, les bijoux sont trouvés, mais trop tard, car la compagnie d’assurance a déjà versé les indemnités. Elle devient la propriétaire légale des objets précieux. Enfin, dernière solution, les bijoux réapparaissent avant le paiement de l’indemnité, le bijoutier récupère son bien sans que l’assureur n’intervienne.

Les bijoutiers sont-ils correctement assurés contre le risque de vol?

"Dans notre portefeuille, et nous couvrons 80% des marques de luxe en France, les bijoutiers sont très professionnels et vigilants quant à leurs assurances" explique Gérard Bénézat. Vacheron Constantin, qui était suffisamment protégé pour une prime annuelle salée (entre 2% et 3% du stock total en règle générale)sera pleinement indemnisé pour les pertes subies. "Nous remboursons 100%, dans les 3 semaines à 1 mois si le magasin était organisé et avait une comptabilité claire et rigoureuse".

Si les bijoutiers appartenant à des chaînes de luxe peuvent prétendre avoir une bonne couverture d'assurance, ce n'est pas le cas pour les bijoutiers indépendants. En fonction de la localisation, considérée comme risquée ou non, et en raison de la fréquence récente des vols, les tarifs changent. "Oui je suis assuré, c'est une obligation, mais au minimum. Si on me vole, on me remboursera peu et de toute façon, le temps que l'assurance me prenne en charge, j'aurai fait faillite" déplore un bijoutier installé depuis 9 ans dans le 13ème arrondissement de la capitale.

Selon Gérard Bénézat, assureur chez Siaci Saint Honoré, les récents événements, qui ont retranscris les patins des bijoutiers possédant des armes, seraient dus à des problèmes d’assurance. "Ceux qui ont des armes derrière leurs guichets sont de petits bijoutiers sans assurance ou mal couverts. C’est coûteux de pouvoir protéger l’ensemble de son stock. Et pour un bijoutier, son magasin est tout son héritage".

Attention à la négligence!

Enfin, un détail qui peut parfois coûter plusieurs milliers d’euros à un bijoutier, négligence et petites pertes en termes de sécurité. En règle générale, les bijoutiers sont couverts par des contrats "tous risques sauf". Cela signifie qu'ils sont protégés contre tous les dommages, à l'exception des exclusions explicites stipulées par l'assureur. Pour accepter tous les termes du contrat, cependant, la compagnie d’assurance impose l’installation d’un système de protection puissant (maille, double vitrage, caméras de surveillance, alarme,…). Un bijoutier qui fait preuve de négligence en ne respectant pas ces exigences de sécurité ou en oubliant de fermer une porte ou un coffre-fort, pourra voir son indemnité réduite en cas de vol, voire totalement refusée.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :