Auto: La confiscation obligatoire d'un véhicule

Depuis le 14 mars 2011, la loi Loppsi 2 prévoit la confiscation obligatoire d'un véhicule, qui prévoit un certain nombre d'infractions.

La confiscation obligatoire d'un véhicule est une peine infligée par un juge à la suite d'une infraction grave au code de la route commise par un conducteur. Cette punition ne vient jamais seule. En effet, il s’agit d’une sanction supplémentaire qui s’ajoute automatiquement aux autres sanctions (amende, suspension ou annulation du permis de conduire, emprisonnement).

Infractions entraînant la confiscation obligatoire du véhicule

– conduire un véhicule sans permis correspondant à la catégorie du véhicule;

– Conduite d'un véhicule au détriment d'une décision de justice suspendant ou annulant le permis de conduire (la confiscation n'est pas obligatoire lorsqu'il s'agit d'une mesure de rétention ou de suspension administrative);

– récidive de conduite sous l'influence d'un état alcoolique;

– récidive de conduite sous l'influence de stupéfiants;

– répétition du refus de se soumettre à des tests d'alcoolémie ou de dépistage de drogue;

– récurrence de la vitesse excessive (égale ou supérieure à 50 km / h de la vitesse maximale autorisée);

– La récurrence de la conduite d'un véhicule non équipé d'un système d'immobilisation, malgré l'interdiction prononcée par un juge du fait de la conduite sous l'influence d'un état alcoolique;

– homicide involontaire coupable, c'est-à-dire commis en état de conduite sans permis ou avec permis, suspendu, invalidé ou annulé;

– des lésions involontaires graves, c'est-à-dire commises en état de conduite sans permis ou avec un permis détenu, suspendu, invalidé ou annulé;

– récidive de lésions involontaires commises dans un état d'ivresse, sous l'influence d'un état alcoolique, après l'usage de stupéfiants ou à la suite d'un grand excès de vitesse;

– Fatalité après avoir causé un accident.

Procédure de confiscation du véhicule

La police (police ou gendarmerie), après avoir établi la responsabilité d'une infraction grave aux règles de la route du conducteur, peut, avec l'autorisation préalable du procureur, immobiliser et mettre le véhicule en fourrière.

En cas de constat d'infraction pouvant entraîner la confiscation obligatoire du véhicule

– Si le juge ne condamne pas la confiscation du véhicule, celle-ci est restituée au propriétaire;

– Si le juge impose la peine de confiscation, le véhicule est remis à l'Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués aux fins de destruction ou de vente.
La mission de cette agence est de gérer les sommes saisies et d’assurer la vente des biens meubles confisqués à l’issue de poursuites pénales.

À noter

– Les frais de déménagement et de mise en fourrière sont à la charge de l'acquéreur. Le produit de la vente est tenu à la disposition d'un créancier potentiel susceptible de prouver ses droits. À la fin de cette période, ce produit est renvoyé à l'État.

– Le juge peut décider de ne pas imposer cette sanction mais il doit ensuite justifier sa décision, c'est-à-dire expliquer pourquoi il ne confisque pas le véhicule.

A lire aussi:

– Comment les accidents causés par des conducteurs sans permis sont-ils indemnisés?
– Quelles amendes pour un véhicule non assuré?
– Assurance auto: accident sous l'influence de cannabis ou d'ecstasy
– Assurance auto: couverture d'un accident en état d'ébriété

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :