Réforme de l'assurance chômage: les négociations se poursuivent

Mise à jour le 01/10/19 10:26


Réforme de l'assurance chômage: les négociations se poursuivent

Les négociations entre les partenaires sociaux sur la réforme de l'assurance-chômage ont débuté le 9 janvier. Les employeurs et les syndicats doivent s’entendre sur la délicate question des contrats à durée déterminée.

Résumé

Nouvelles négociations sur la réforme de laassurance chômage commencé le 9 janvier. Le gouvernement a fixé aux partenaires sociaux un objectif de 1 à 1,3 milliard d'économies par an. Les discussions incluront la réglementation du CDD. Un système de bonus-malus est envisagé, les entreprises qui emploient trop de contrats précaires peuvent être pénalisées. Employeurs & # 39; organisations et les syndicats avoir jusqu'au 22 février pour trouver un accord. Sinon, l'État décidera en dernier recours.

Recevez nos alertes en direct!

10h26 – La CGT espère un accord final le 22 janvier

La CGT souhaite un accord final sur la réforme de l'assurance chômage le 22 janvier. C'est à cette date que les employeurs doivent présenter aux partenaires sociaux ses propositions visant à réglementer le recours aux contrats courts. Le Medef refuse un système de bonus-malus pénalisant les entreprises utilisant trop de contrats précaires. "Ce sera la séance de la dernière chance sur les contrats courts", a déclaré Denis Gravouil, négociateur à la CGT. selon AFP.

10h16 – Nouvelle réunion de négociation le 22 janvier

Les partenaires sociaux se retrouveront le 22 janvier pour débattre de la réforme de l'assurance chômage. Les employeurs souhaitent présenter à ce moment-là des solutions alternatives à la mise en place d'une prime de pénalité pour les contrats de courte durée. Ce bonus-malus est l’un des moyens de financer le régime en faisant payer aux entreprises qui emploient trop de contrats précaires. Un accord final doit être trouvé avant le 22 février.

09/01/19 – 12:44 – Le président du Medef s'oppose au bonus-malus sur le CDD

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux est opposé ce mercredi sur RTL l'introduction d'un bonus-malus sur le CDD pénalisant les entreprises utilisant trop de contrats courts. Une mesure discutée dans le cadre de la réforme de l'assurance chômage. Le représentant de l'employeur a plutôt proposé que, dans la même entreprise, "la priorité d'embauche sur des contrats à durée indéterminée" soit accordée aux employés ayant déjà enchainé des contrats à durée déterminée.

09/01/19 – 12:23 – Le régime intermittent sera également réformé

Le régime spécifique pour les animateurs de spectacles (annexes 8 et 10 de la Convention de l'Unesco) sera également réformé. Les partenaires sociaux ont entamé de nouvelles négociations le 7 janvier. Les artistes et techniciens devront également contribuer aux économies demandées par le gouvernement.

09/01/19 – 12:08 – Début des négociations entre les partenaires sociaux

Le patronage et les syndicats se sont rencontrés le 9 janvier pour entamer de nouvelles négociations sur la réforme de l'assurance chômage. Ils doivent discuter de la mise en place d'un système de bonus-pénalité sur les contrats à durée déterminée. Les entreprises ayant trop de contrats courts pourraient voir leurs contributions patronales augmenter. Les employeurs du secteur de l’hôtellerie et de la restauration sont les plus hostiles à cette mesure. Les partenaires sociaux ont jusqu'au 22 février pour parvenir à un accord. La date initiale était le 25 janvier mais un report a été demandé. Le gouvernement veut économiser jusqu'à 3,9 milliards de dollars en trois ans.

L’assurance chômage est financée par contributions basé sur les salaires. En janvier 2018, la part salariale des cotisations de chômage a été supprimée, mais la part de l'employeur a été maintenue.

Pour bénéficier des allocations de chômage (ou des AER pour les allocations d'assistance au retour au travail), vous devez avoir travaillé (et donc payé) au moins 88 jours.

Le montant de l'allocation de chômage est basé sur le salaire journalier brut de référence. Ce dernier est défini à partir de tous vos salaires bruts des 12 derniers mois, y compris les bonus, mais excluant les indemnités liées à la rupture de votre contrat. Pour fixer le montant journalier de votre allocation, Pôle emploi utilise deux formules et conserve le résultat le plus élevé entre:

  • 40,4% du salaire de référence journalier + 11,92 €,
  • ou 57% du salaire de référence journalier.

Un entrepreneur ne peut recevoir des allocations de chômage en tant que mandataire social et non en tant qu'employé.

Depuis la fusion de l'ANPE et de l'Assedic en 2009, Centre d'emploi qui assure à la fois le suivi professionnel des chômeurs et leur indemnisation.

Actuellement, lorsqu'un employé donne son démissionil n'a pas droit aux prestations de chômage, sauf dans certains cas particuliers. Par exemple, si vous devez suivre votre conjoint. Depuis le 1er janvier 2019, vous pouvez également percevoir des allocations de chômage en cas de démission, si vous avez un projet de reconversion professionnelle nécessitant une formation ou un projet de création d'entreprise. ce projet doit d'abord être validé par le comité paritaire régional interprofessionnel.

Travail et salaire: qu'y a-t-il dans le programme d'Emmanuel Macron?

En ce qui concerne l’assurance chômage pour les travailleurs indépendants, le programme En Marche est explicite dans la mesure où il est dit: "nous autoriserons tous les travailleurs à avoir droit à l’assurance chômage". Artisans, commerçants indépendants, les entrepreneurs, la professions libérales et les agriculteurs auront la même protection que tous les employés. "À l’heure actuelle, les travailleurs indépendants ne sont pas couverts par Unedic et peuvent souscrire une police d’assurance perte (également appelée allocation de chômage).

Et aussi

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :