Plafond de l'assurance vie

Contrairement à la croyance populaire, l’assurance vie ne fait l’objet d’aucune limite. Un même investisseur peut donc souscrire autant de contrats qu'il le souhaite, le montant investi sur chacun de ces contrats n'est pas limité. Les seules règles imposant des plafonds concernent l'imposition de l'assurance-vie tant en termes de retraits que de transferts après décès.

Imposition sur la limite et le retrait de l'assurance-vie

La taxation des retraits concerne les contrats souscrits depuis le 26 septembre 1997 (taux d’imposition excluant cotisations sociales 17,2%). Le service des impôts distingue 2 cas en fonction de la date de paiement: avant ou après le 27 septembre 2017.

Paiements effectués avant le 27 septembre 2017 :

Pour les contrats de moins de 4 années : les intérêts sont soumis à l'impôt sur le revenu (IRPP) ou imposés à un taux forfaitaire de 35% (retenue à la source).

Pour les contrats de 4 à 8 ans : le souscripteur a le choix entre l’imposition de son revenu ou l’option de retenue à la source forfaitaire au taux de 15%.

Pour les contrats de plus de 8 années : choix entre la taxe à l'IRPP ou l'option de prélèvement de 7,5% après application d'une allocation annuelle de 4 600 euros pour une personne seule (et de 9 200 euros pour un couple).

Paiements effectués après le 27 septembre 2017:

Pour les contrats de moins de 8 années : Taxe IRPP ou taxe forfaitaire forfaitaire de 12,8%.

Pour les contrats de plus de 8 années : le service des impôts distingue 2 cas en fonction des montants versés sur l'ensemble des contrats d'assurance-vie et de capitalisation détenus par le souscripteur au 31 décembre de l'année N-1.

  • Jusqu'à 150 000 euros décaissements nets: taxe à l'IRPP ou prélèvement unique forfaitaire de 7,5% après application d'une indemnité annuelle de 4 600 € pour une personne seule (et de 9 200 € pour un couple).
  • Plus de 150 000 euros : impôt à l'IRPP ou montant forfaitaire forfaitaire de 12,8% après application d'une indemnité annuelle de 4 600 € pour un célibataire (et de 9 200 € pour un couple).

>> Notre service – Testez notre comparateur d'assurance-vie

Plafond de l'assurance-vie et taxation du capital transféré

L’imposition du capital transféré au décès de l’assuré variera en fonction de la date de souscription du contrat, de la date des versements et, pour ceux intervenant depuis le 20 novembre 1991, de l’âge du souscripteur au moment de la Paiement.

Contrats souscrits à partir du 20 Novembre 1991

À noter : si vous avez des difficultés à visualiser le tableau, vous pouvez cliquer sur ici.

Contrats souscrits avant le 20 novembre 1991

À noter : si vous avez des difficultés à visualiser le tableau, vous pouvez cliquer sur ici.

Les primes grossièrement exagérées

L'abonné n'est pas limité et jouit d'une totale liberté pour souscrire et désigner des bénéficiaires.

Il convient toutefois de noter que cette liberté trouve ses limites au paragraphe 2 de l'article L.132-13 du code des assurances. Cet article précise que les règles de notification à la succession et la réduction pour violation des héritiers du souscripteur. Les réserves ne s'appliquent pas aux sommes versées par le contractant à titre de bonus, sauf si elles ont été manifestement exagérées au regard de ses facultés ".

De toute évidence, cela signifie que les héritiers qui pourraient se considérer comme lésés et les autorités fiscales qui y voient un don indirect, ont la possibilité de contester devant les tribunaux le montant des sommes investies sous forme d'assurance-vie. la personne décédée, dans le but d’obtenir le rapport à la succession des sommes contestées. L’appréciation du caractère excessif ou non des paiements est le seul pouvoir du juge.

>> Notre service – Un test pour connaître son profil d'investisseur et bénéficier d'un conseil en investissement en ligne, gratuit, personnalisé et suivi

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :