Contrats courts: Penicaud ouvert à toute bonne solution

<p class = "canvas-atome-canvas-text Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Sans exclure de laisser plus de temps aux employeurs et aux syndicats pour parvenir à un accord, le ministre du Travail a souligné que le délai de négociation fixé à la fin du mois de février était toujours valable."data-reactid =" 22 ">Sans exclure de laisser plus de temps aux employeurs et aux syndicats pour parvenir à un accord, le ministre du Travail a souligné que le délai de négociation fixé à la fin du mois de février était toujours valable.

La lutte contre la précarité de l'emploi doit être la "priorité" des négociations sur l'assurance-chômage, mais les employeurs et les syndicats sont libres de trouver une "meilleure" solution que le "bonus-malus" sur les contrats de courte durée, a déclaré dimanche la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Ce que le gouvernement a demandé "avant tout" aux partenaires sociaux, c'est "de lutter contre […] la précarité extrême de l'emploi qui s'installe "avec l'explosion des contrats de moins d'un mois", a déclaré le ministre, lors du "Grand rendez-vous Europe 1-Les Echos-CNews". "Nous avons réinventé les journaliers. Moi, ça me scandalise ", a déclaré le ministre indigné." Nous avons une solution ", a-t-elle rappelé, évoquant le" bonus-malus "sur les contrats courts, une promesse de campagne d'Emmanuel Macron soutenue par les syndicats mais opposée aux employeurs .

"Ce que prévoit la loi, c'est que si les partenaires sociaux n'acceptent pas de définir les règles, c'est l'État qui doit le faire", a déclaré Muriel Pénicaud. Sans exclure totalement la nécessité de donner plus de temps aux employeurs et aux syndicats pour parvenir à un accord, elle a souligné que le délai de négociation fixé à la fin du mois de février restait valable pour le moment.

La semaine dernière, les employeurs & # 39; Les organisations ont décidé de retourner à la table des négociations après avoir protesté contre la détermination de Emmanuel Macron à mettre en œuvre le "bonus-malus".

Le gouvernement a imposé aux partenaires sociaux que le nouvel accord sur l'assurance-chômage permettra d'économiser entre 3 et 3,9 milliards d'euros en trois ans. Une nouvelle réunion est prévue pour jeudi.

Retrouvez cet article sur Figaro.fr

Assurance chômage: Irrité par Emmanuel Macron, les employeurs suspendent les négociations
Les six réformes phares d’Emmanuel Macron pour 2019
Contrats courts: le bonus-malus, plâtre des cadres depuis 2013
Inscrivez-vous à la newsletter Le Figaro

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :