Scooter: Pourquoi est-ce si coûteux d’assurer un 50cm3?

En effectuant des simulations, Nouvelles assurance a découvert qu’il était toujours toujours plus coûteux d’assurer un scooter de 50 cm3 qu’un scooter de plus de 125 cc. La raison: les statistiques d'accidents sur les jeunes et la récurrence des vols de deux-roues.

Véritable havre de liberté pour les adolescents en quête d’indépendance, mais aussi pour les automobilistes ayant perdu leur permis de conduire, le scooter 50cc n’a jamais été aussi populaire. Et ce, malgré la concurrence féroce que lui livrent les scooters et les maxi scooters 125 cc, moyens de transport privilégiés par les hommes d’affaires et les travailleuses des grands centres économiques français.

L'assurance des scooters 50cm3 et celle des 125cm3, pas logés dans le même signe!

En dépit de son utilisation fréquente, le scooter 50cc est assorti de polices d'assurance beaucoup plus chères que les scooters de plus de 125 cc, qui sont toutefois plus rapides et empruntent des itinéraires plus dangereux, tels que les autoroutes et les autoroutes.

Une couverture tierce améliorée comprenant la garantie responsabilité, vol, incendie, garantie en cas de catastrophe naturelle et éventuellement assistance est comprise entre 386,80 euros et 1 000 euros pour un scooter de 50 cm3 acheté à moins de 1 200 euros. Certains assureurs refusent même d’assurer ce type de deux-roues pour les risques excessifs qu’ils représentent ou souscrivent exceptionnellement à un contrat lorsqu'un autre véhicule à la maison est couvert par la même entreprise.

À titre de comparaison, une formule tout risque pour scooter de 125 cm3 comprenant responsabilité, vol, incendie, garantie catastrophe naturelle, dommages dus aux conditions météorologiques, dommages au conducteur (lésions corporelles subies par l'assuré) et dommages liés aux collisions (dommages matériels subis par l'assuré), assistance et parfois même la garantie du matériel (casque, gants, gants …), coûte entre 317 euros et 600 euros maximum, alors que le deux-roues est acheté à plus de 1500 euros.

Une différence tarifaire notable, qui n’est cependant pas la plus logique.

Pourquoi l'assurance des scooters 50cc est-elle si flamboyante?

Pour établir le montant de la prime d'assurance, les sociétés sont basées sur divers critères matériels et humains: âge de l'assuré, situation familiale, catégorie socioprofessionnelle, antécédents sur la route (déjà assuré auparavant? Déjà déjà accidenté … … ), obtention d'une licence (BSR, auto, moto …), modèle de scooter, année de commercialisation, lieu de garde des deux roues …

Les assureurs évaluent ensuite un certain nombre de données statistiques pour ajuster le montant de la prime. Dans le cas des scooters 50cc, deux facteurs spécifiques affectent grandement les taux:

– Le taux d'accidents graves et mortels est très élevé chez les jeunes de 16 à 25 ans et la plupart des sinistres donnent lieu à des indemnisations de plus de plusieurs dizaines, voire de plusieurs centaines de milliers d'euros.
– Les scooters 50cc sont les véhicules les plus volés et ne sont presque jamais retrouvés

Autant de paramètres qui, mis en relation, fluctuent énormément d'une prime d'assurance de scooter d'un assuré à l'autre, en fonction de l'argent qu'il pourrait éventuellement perdre son assureur en cas de sinistre.

Assurance et scooters 50cm3 sans frein, pas bon ménage!

Selon le code de la route, il est strictement interdit à un scooter de 50 cm3 de rouler à plus de 45 km / h. Une vitesse "trainante" que les jeunes aiment booster en recourant au débridement de leurs deux-roues. Cependant, les constructeurs rappellent que les dispositifs de sécurité (freins, pneumatiques, suspensions …), le châssis et le moteur ne sont pas adaptés à des vitesses haussières de l'ordre de 80 km / h voire même de 90 km / h, et que des dysfonctionnements mécaniques peuvent rapidement apparaître.

Dans le cas d'un scooter sans contrainte ou d'un moteur modifié (puissance), l'assureur peut refuser d'assurer le cyclomoteur. Plus grave, en cas d'accident avec un scooter non restreint ou modifié, il peut légalement contester l'indemnisation des victimes et de son assuré.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :